L’attente

Écouter le vent, entendre les goélands qui s’épivardent. Et voir loin.

C’est ce qui me manque le plus en ville. Le loin.  La tapisserie de nuages qui ne se peuvent plus d’étaler toutes les teintes de gris. Faudrait que je sois peintre pour nourrir la petite espérance d’en reproduire la beauté.

Mais la beauté est insaisissable n’est-ce pas ?

On cligne de l’oeil, le vent vire de bord et on en vient presqu’à confondre la risée du fleuve à celle de la plage.

Un instant. Et tout change.

Phoque (!), huards, canards, goélands marins….vive le capelan ! Tout près, tout près de moi, c’est la grande bouffe ce matin.

Contemplation. Et consolation pour le temps gris de mer.

Attente. Bien assise dans ma tite roulotte sur le bord de la plage, je vous envoie un souffle de vent salé.

OH !!! Baleine !!!!!!!!!!!!!! Oui, un beau gros rorqual vient de me faire la valse. Je vois le grand cercle après la plonge pour brasser le fond et prendre une grande avalée !

Le brouillard se lève….les Îles m’appellent !

Longue-pointe de Mingan

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s