Fête du bois flotté

Le mois d’août a toujours signifié pour moi le temps des récoltes. La lumière change déjà, les champs jaunissent de plus en plus, les fleurs sauvages se succèdent dans la course de qui sera la plus belle, les marchés débordent de bonheur à revendre.

Puisque le réchauffement climatique fait ce qu’il fait, beaucoup de gens ont déplacé leurs vacances vers le mois d’août, et j’en déduis que l’on retrouve autant de festivals, tout en même temps pour cette même raison !

L’ÉchoFête n’était pas terminée que c’était au tour des Concerts aux Îles du Bic, puis le Festival du bois flotté (Ste-Anne-des-Monts), en même temps que le Festival du Bout du monde (Gaspé).

Je trouvais ça bien intriguant le Bois flotté… On dit : «Fête du bois flotté, Le folklore d’ici raconté et sculpté».

Les lieux sont bien aménagés, les gens très sympathiques, un bon choix de groupes pour les soirées (Les chauffeurs à pieds, Les Tireux d’Roches entre autres) et….quelques sculpteurs. Quatre cette année. Deux femmes et deux hommes.

Monique Campion qui travaille bien fort avec tout ce beau monde réussit le pari. Les gens du coin sont contents. Il n’y en a pas autant que l’on souhaiterait, surprenant quand on sait que l’accès est gratuit (!!!). On demande un p’tit don de 3$ (!!!!) – je me suis dit qu’il devait y avoir de la volonté politique là-dessous…

C’est en début d’après-midi, après avoir marché dans le Parc de la Gaspésie (près du Mont-Albert) dans la bruine et les nuages, que j’ai retrouvé le soleil au bord de la mer.  Je suis partie faire ma tournée pour voir où ils en étaient les sculpteurs.

J’ai donc arrêté mon œil sur Maud Palmaerts (originaire de Québec). Une artiste. Une vraie. Pleine de doutes !

Elle étudie en technique de Métiers d’art pendant trois ans, travaille dans la restauration de pierres, et rêve de sortir de ce métier d’homme pour enseigner l’art thérapie.

Ben là Maud…qu’est-ce que tu veux dire par un métier d’homme ? «Ben tu m’vois là ? Grimper sur l’échafaud avec ma «chainsaw». J’ai 29 ans, pis y’a des fois où ma main se met à branler tout seule pendant plusieurs minutes…j’ai mal dans les mains, dans l’dos. C’est dur la sculpture de grands formats !» – Mais il faut en faire si on veut avoir des bourses pour faire d’autres types de sculptures… Soupire.

Je la regarderai aller. Question de voir un peu comment elle travaille, l’artiste. Et je vois ce bois, ce beau bois récolté sur la grève, se transformer tout doucement. Ça lui prendra au moins quatre jours (et c’est rapide) pour arriver à atteindre ce qu’elle espère.

J’ai confiance. Peu d’œuvres m’ont émue pendant ce périple. Et avant même de faire la rencontre de Maud, mon œil s’était arrêté à mon arrivée sur un balbutiement….je repasserai, juste pour voir la totale.

Maud Palmaerts

2 réflexions sur “Fête du bois flotté

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s