Pissou civilisé

J’ai glissé un peu …dans les belles côtes de Charlevoix jusqu’à Baie St-Paul.

Le choc tu dis ? Retour à la civilisation.

Oui oui, c’est vraiment joli.

Un peu comme St-Sauveur…en juste plus beau. En moins pire. Sauvée par l’architecture et l’authenticité des demeures anciennes, notre beau patrimoine.

C’est comme ça, vous me le direz, les villages touristiques près des grands centres. On s’entend qu’on est pas ben loin de Québec… Alors ça se construit dans les montagnes, ça magasine en bas (!), ça passe les fins de semaine ou les étés, ou bien ça vient jouer à l’artiste. Amis français, vous êtes les bienvenus !

Il y en a des artistes. Mais il y a aussi des artistes qu’on préfèrerait qu’ils soient restés en ville. Oh méchante !! S’cusez-la. Fallait que ça sorte. Ma plus vieille amie, Élise, va dire que finalement, j’suis pas si fine que ça…Moi-même un peu pseudo, je me donne le droit.

Cela dit, il y a tout de même des endroits sympathiques comme le Café des artistes (!) et le Balcon vert (camping, auberge) qui m’a donné droit à une vue magnifique lorsque je me suis abandonnée au sommeil. Comme un amant fidèle, ce magnifique paysage m’a accueillie au réveil.

C’est le matin des confidences. Je vais mettre ça sur le dos du temps un peu grisou et de mon humeur un peu grisette…

Il m’est arrivé, à plusieurs reprises cet été, d’être envahie par une envie de crier. Fort. Un beau gros et tonitruant «VOS GUEULES !».

Tout a commencé dès le premier festival. Tout le monde s’entasse sous les tentes prévues pour les performances. Et dans presque tous les festivals, sauf une exception, les spectacles sont payants. Et bien croyez-le ou non, certain et certaines, parce que c’est un peu la fête, paient le prix d’entrer pour raconter leur vie à leur voisin. Ou mieux encore, pour rire à gorge déployée de la blague de l’un ou de l’autre.

Et ça se passe, peu importe l’artiste en scène. J’ai été témoin d’un petit 5 à 7 où un artiste de renom s’est plié avec gentillesse à l’exigence qu’engendre le modèle de financement des festivals (c’est la vie !).   Avec éloquence, il faisait le bon blabla pour les commanditaires, partenaires. Il a même gratté sa guitare et chanté pour faire plaisir.

Honte. Il n’y avait qu’une trentaine de personnes. Et ça jasait, ça riait, ça se foutait carrément de ce que cet artiste disait ou chantait. Pas croyable.

Vous excuserez ma p’tite montée de lait. J’ai fait preuve de retenue. Un peu comme lorsque vous êtes invités chez des amis et que les enfants se comportent en monstres insolents et que vous n’osez dire un mot. C’est comme ça. Nous sommes des enfants gâtés et insolents.

Si jamais cela vous arrive, que vous avez payé pour aller entendre un artiste, et qu’une petite gang de morons vous gâche ce beau privilège, cette joie, et bien, osez. Au nom de tous les tolérants pissous que nous sommes parfois.

Une parenthèse pas rapport.

Le choc des rencontres. Le beau et le laid. Le bon et le mal. La capacité de s’émerveiller, et aussi, de continuer à réfléchir. La nature, les animaux, à chaque détour me surprennent, et me donnent toujours tout, ce tout inexplicable. Pas de leurre.

Il s’agit d’ouvrir tout simplement ses yeux et son coeur. Le calme revient. Ainsi que l’envie de reprendre la route…pour m’émerveiller encore un peu (et réfléchir !), encore quelques jours.

Bises à mes amis et amies où que vous soyez.

RouteCharlevoix

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s